Chat dans l'histoire : de l'Egypte Ancienne au Moyen Age

Les chats dans l'histoire

 

Des récits de chats dans l'histoire,

de l'Egypte Ancienne jusqu'à nos jours,

Juste pour évoquer les relations entre le chat et l'humain.

 

 

Dans l'Egypte Ancienne

  

La domestication du chat en Egypte en 2500 ans av. JC marque l'avènement de la déesse chatte Bastet vers 2000 av. JC. Elle est nourrice royale, protectrice des enfants du pharaon puis déesse de la Musique, de la Danse et de la Maternité. Cette dernière qualité est inspirée directement de la chatte : sa fécondité, sa facilité à mettre bas et ses mamelles gonflés de lait pour les chatons qu'elle élève avec sollicitude. La déesse Bastet est représenté sous la forme d'une chatte assise, un anneau à l'oreille et comme une femme à tête de chatte, debout, parée de trois attributs (le sistre, l'égide et le panier d'osier des accoucheuses). Le culte de cette déesse perdura jusqu'à la chute des Ptolémées (Cléopâtre fut la plus fameuse souveraine de cette lignée) jusqu'au 4ème siècle après JC.

 

Le chat, comme d'autres animaux, est nourrit de poisson et protégé. Une personne qui tue volontairement un chat est mis à mort ; si la mort est involontaire, les prêtres fixent l'amende à payer. Quand un chat meurt naturellement dans une maison, les occupants se rasent les sourcils et portent le chat dans un lieu sacré. Il est embaumé puis reçoit la sépulture. De nos jours, les archéologues retrouvent de nombreuses momies de chats.

 

 

 

Fig. 1 Déesse Bastet - Musée du Louvre - Paris

 

 

Fig. 2 : Momie de chat - Musée du Louvre - Paris

 

A l'époque Romaine

 

On a coutume d'affirmer que les Romains dédaignèrent le chat, ce qui est faux. Il a connu un sort plutôt enviable, sans jamais détrôner la louve, qui était l'animal domestique. Il était considéré comme une sorte de gardien du foyer, protecteur de la famille et des enfants, un rôle hérité des attributions de la déesse Bastet en Egypte. Sur la corniche du palais Gabrieli, on peut encore voir la silhouette d'une chatte de marbre, provenant sans doute d'un temple d'Isis. Il y a une filiation entre les déesses mères égyptiennes Bastet et Isis, mais cette dernière a connu les faveurs des Romains puis des peuplades gallo-romaines.

Le chat est présent sur les mosaïques de la région romaine et montre l'animal sous un jour familier. Deux siècles avant notre ère, la Liberté était représentée par une femme ayant un chat à ses pieds, dans un temple édifié à Rome par Tiberius Gracchus.

Aujourd'hui encore, les Romains qui aiment les chats, vont les nourrir dans les espaces de verdures occupés par les ruines antiques.

 

Fig.3 : Chat et oisean, mosaïque romaine, Pompéi (1er siècle)

 

 

Au Moyen Age

 

Le chat connaît la période la plus noire de son histoire. La population féline a diminué à travers toute l'Europe. Parmi, les causes, on compte essentiellement, le commerce des peaux de chats et les superstitions qui apparurent dès le 3ème siècle, lors de la montée du Christianisme et de la chasse aux « sorcières » (lire l'article sur « chat noir et superstition). Vers le 10ème siècle, un souverain gallois, le prince Howell Dda, établit le premier « code des lois » pour protéger l'espèce. Il s'agissait de donner une valeur aux chats afin d'éviter qu'ils ne soient dérobés et tués sans sanction. Ce prix fut établi en fonction de l'âge de l'animal et de sa capacité à tuer les souris. Howell Dda (ou Le Bon) attirait l'attention sur le fait qu'un chat devait conserver intacts yeux, dents, oreilles et griffes. De même, si un chat était volé ou tué, une punition était déterminée en volume de blé ou en une brebis et un agneau si l'accusé n'en avait pas. Cela a dut faire réfléchir à deux fois les fourreurs indélicats. Cependant, il allait falloir attendre plusieurs siècles avant de voir naître la notion de protection animale en Europe.

 

 

 



20/11/2007
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour