Lucky : mon chat commun

 

 Fig. 1 : Lucky : mon chat commun

 

 

Lucky est né en 1995 dans un tout petit village de la route des vins en Bourgogne. Il a vécu pendant 6 ans dans une maison, où il menait une vie de chasseur et d'animal de compagnie.

 

« Chasseur », il dévorait les lézards qui se chauffaient au soleil. Plus svelte et sportif, il se faufilait sur la toiture pour poursuivre les moineaux et les tourterelles, en quête de tranquillité. Mais un jour, il se rendit jusque chez le boulanger et le restaurateur du village. La nourriture lui était offerte à profusion par de généreux commerçants. C'est là qu'il commença à prendre de l'embonpoint. Rassasié, il faisait sa sieste au milieu de l'unique route du village qui menait au château. Le chauffeur de bus qui conduisait les touristes connaissait bien la « bête » et ne l'a jamais écrasé. Mais, il ne bougeait pas non plus. Un passant devait pousser Lucky pour rétablir la circulation ! Lucky était tellement docile et gourmand qu'il fut victime d'un enlèvement, malgré son collier et son identification. Après avoir enquêté auprès des mairies et des professionnels des communes avoisinantes, Lucky fut retrouvé quelques jours plus tard, confortablement installé dans une maison, à une vingtaine de kilomètres. 

 

« Animal de compagnie », il était très fidèle à sa maîtresse, ma maman. Il connaissait exactement ses heures de déplacements et attendait toujours son retour, devant ou derrière la porte, pour se frotter avec volupté contre ses jambes. Le matin, après son petit déjeuner, il sortait par un côté de la maison. En partant, ma maman le retrouvait de l'autre côté, devant la porte d'entrée, pour aller s'effondrer sur un fauteuil douillet. Lorsqu'elle cuisinait, il était assis sur le rebord de fenêtre et l'observait avec attention. Il aurait pu lui donner des instructions si elle loupait une étape de la recette. En voiture, il s'asseyait sur ses cuisses, les pattes avant posées sur le volant. Il la suivait dans toutes les pièces. La nuit, il dormait contre son bras, en se couchant et en se levant en même temps.

 

Fig.2 : Lucky en plein sommeil

 

 

Cette vie paisible s'arrêta brusquement. Un jour, au moment de vider la maison, il a fallu prendre une décision pour Lucky. Il n'y avait qu'une solution apparente, le prendre avec moi. Je l'ai connu chaton et je jouais avec lui lorsque je rendais visite à ma maman. Lorsque je restais dormir, il lui était infidèle et dormait à mes pieds. Je ne pouvais pas le laisser seul à l'extérieur en imaginant qu'un voisin serait charitable. J'ai saisi sa boîte et nous avons voyagé pendant de longues heures pour arriver à mon appartement. Il a fait le tour des pièces et de la terrasse. Je lui ai aménagé un espace avec des objets et des couvertures familières, mais il a rapidement préféré mon lit.

 

J'appréhendais beaucoup son adaptation. Vivre en ville, enfermé dans un appartement doté d'une terrasse, était loin de ses habitudes. A ma grande stupéfaction, il s'est tout de suite habitué. Il n'a jamais cherché à se faufiler par la porte. Pour combler ce vide, je lui ai acheté une laisse et j'ai essayé de le promener à la campagne. A ma grande surprise, il a marché à côté de moi sans aucun refus. Je l'emmène régulièrement et cela étonne beaucoup de passants. Parfois, nous nous arrêtons dans un restaurant ou un café. Il s'assoit sur une chaise et observe avec beaucoup d'attention. Depuis, il a visité de nombreuses villes en France et en Europe, et il aime autant le sport d'hiver que les chaudes journées d'été.

 

Il est très affectueux et répond toujours à son prénom par un regard fixant et perçant. Lorsque j'écris mes articles, il est souvent couché à proximité. Parfois, il monte sur le bureau et sur le clavier pour ronronner et échanger quelques caresses. C'est un chat gourmand que je dois rationner et surveiller en permanence à cause de sa surcharge. Il aime pousser Ramon pour lui voler sa nourriture. J'essaie de trouver des astuces pour le détourner mais il est très malin et se joue de moi. Il a des plaisirs particuliers. Lorsque je fais des moules marinières, il est intenable et ferait n'importe quoi pour se jeter dans la casserole ou dans l'assiette. Il adore les crevettes et le homard. A ta table, il réclame sa portion. Il s'assied à mon côté, ronronne, miaule et pause sa patte avant gauche sur ma cuisse. Il aime aussi être douché et creuser dans la neige.

 

Après quelques années, j'ai introduit Ramon dans la maison, pour lui tenir compagnie. Seuls les premiers jours ont été délicats. Ils chahutent et dorment souvent ensemble, mais je sens un soupçon de jalousie lorsque je joue avec eux. 

 

 

 

Fig. 3 : Lucky sur la route romantique

 

 

Fig. 4 : Lucky dans son sommeil

Fig. 5 : Lucky et sa gourmandise pour les crustacés



19/11/2007
12 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour