Ramon à la Plage

Ramon à la Plage

 

Ce week-end, je suis parti avec Ramon et Lucky sur le bassin d'Arcachon. L'objectif n'était pas d'aller s'étendre sur une serviette au soleil, mais de faire la connaissance de mon 1er neveu, Aurèle.  

 

 

Comme d'habitude, sur la route, Ramon et Lucky sont dans leur panier respectif. De temps en temps il y a un petit miaulement. Régulièrement, à la même fréquence que pour le conducteur, on s'arrête. Sur l'air de repos, chacun a droit à sa petite ballade en laisse, sous le regard étonné des autres voyageurs. Ramon ne tire pas sur la laisse : il me suit. Si il n'est pas rassuré, un bruit de voiture ou un cri d'enfant, il grimpe le long de mon pantalon. Par sécurité, je prévoie toujours un jean.

 

Après un voyage assez long, 11 heures depuis Strasbourg, nous prenons possession de notre chambre. J'installe en 1er la litière (car il se retient depuis le matin) et une gamelle d'eau. Après chaque épreuve, il a l'habitude de consommer une petite boîte d'émincée de poulet Sheba. Ensuite, pour se dégourdir les jambes, on descend dans le jardin. Là, il a tout le temps de gambader. A chaque fois, il traverse les endroits les moins propres pour sa fourrure : les tas de petits bois ou de feuilles mortes, les endroits humides et les taillis. Moralité, après 30 minutes, il ressemble à un chat errant. Mais il n'est pas au bout de ses surprises !  

 

Le lendemain matin, direction les grandes plages de Cap Ferret, à 30 minutes de la maison, côté océan. En sortant de la voiture, il me suit un peu au bout de la laisse. Plus on grimpe la dune et plus l'océan se fait entendre, ce qui ne rassure pas Ramon. Au bout d'un moment, il tente d'escalader mes jambes. C'est donc sur mes bras qu'il arrive sur la plage. Arrivé au bord, le roulis des vagues alterne avec ses miaulements. Assis par terre, il essaie de se caller sous mes jambes ou dans la poussette d'Aurèle. On s'éloigne un peu du bord où l'océan se fait moins entendre. Il marche un peu mais à ras de sol. A chaque fois que j'essais de m'éloigner de lui, il prend son élan et me grimpe dessus. C'est rassurant pour moi. Je sais qu'il ne se sauvera pas ! Sur la plage, il a fait la connaissance de gros chiens : Saint-Bernard, Berger et Boxer. Les maîtres étaient à la fois surpris de voir un chat et effrayés d'un éventuel combat. Bien que Ramon soit habitué aux chiens, il était trop occupé pour jouer avec eux. Il surveillait chaque vague et les membres de la famille. Finalement, il a trouvé refuge au fond de la poussette en ignorant de la manière la plus hautaine les canins présents. C'est quand même mieux la poussette !!!

 

 

 

 

Je ne sais pas si il a gardé un bon souvenir de cette aventure mais il a marqué les plagistes et les randonneurs par sa présence, son attitude et sa robe.

 

Le reste du séjour s'est déroulé dans le plus grand confort de la maison et dans le fond du jardin.

 

 



04/11/2009
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour