Tendresse et affection d'un jour

Tendresse et affection d’un jour

 

A travers ce récit, c’est le comportement de Ramon : la tendresse, l’affection, la joie que peuvent vous apportez un chat Ragdoll.

 

Le matin, lorsque le réveil sonne ou que j’ouvre naturellement les yeux, Ramon est là, couché à quelques centimètres de mon visage. Il me fixe droit dans les yeux, pose sa patte avant sur ma joue et pousse le petit miaulement si caractéristique et si discret du Ragdoll « miiii miiii ».

 

Dès que je me lève, il saute du lit et me suit partout. Si je change mes habitudes, il continue à me suivre.

 

Au petit-déjeuner, chacun prend son repas. Après quelques minutes, il sort rapidement faire un tour sur la terrasse rapidement, sans me perdre de vue, et reviens vite se coucher au pied de la table.

 

Dans la salle de bain, même s’il a très peur de l’eau, il est là, couché à côté de la douche et surveille tous mes faits et gestes. Si je prends un bain, il pose ses petites pattes avant sur le rebord, me regarde l’air inquiet et pousse ses petits miaulements « miiii miiii ».

 

Au moment de faire le lit, il se jette au milieu des oreillers, passe entre les vagues de la couette et finis par se coucher en plein milieu. Une fois la couette posée et étendue sur lui, il sort par un côté, en poussant ses petits « miiii miiii), avec parfois un éternuement.

 

Dans la matinée, lorsque je travaille au bureau, il se couche sur le canapé derrière moi. Il bouge parfois un peu dans la pièce pour regarder par la fenêtre ou grimper sur son arbre à chat. Plus tard, il me rappelle qu’il est l’heure de déjeuner. Il grimpe sur le bureau, se faufile entre les livres et les papiers, se frotte la tête contre l’écran, vient coller son menton contre le mien et se roule sur le dos sur le sous main. Il ronronne très fort et cherche ma main pour recevoir des câlins sur le ventre et sous le cou.

 

Pour le déjeuner, il me suis dans la cuisine et s’arrête devant son assiette. Il émet ses petits « miiii miiii » tout en ronronnant. Chacun mange à son rythme et il finit par s’asseoir sur une chaise face à moi.

 

Dans l’après-midi, je suppose que c’est le temps d’un sommeil long et profond. Il choisit le fauteuil le plus doux et le plus moelleux pour se laisser aller. C’est précisément là où je le prends en photo. Les pattes tombent dans le vide, il est couché sur le dos ou en arc de cercle. Rien ne peut l’interrompre. Si je viens le caresser, il se retourne mollement sur le dos et se laisse caresser le ventre et les pattes avec beaucoup de plaisir.

 

En début de soirée, à mon retour, il est derrière la porte. Dès que j’insère la clef dans la serrure, j’entends ses petits « miiii miiii ». Il se roule sur le dos et je lui caresse le ventre. C’est la période de la journée où il est le plus actif. Il demande à jouer, soit en rapportant un jouet qu’il a caché, soit en attendant devant le tiroir à jouets où il pousse ses petits « miiii miiii ». Ses jeux préférés sont les plus ordinaires : une boulette de papier aluminium et une ficelle. Je lui lance la balle et il court après. Il fait quelques shoot avec puis me la rapporte dans la bouche et à mes pieds, pour que je la lance à nouveau. Avec la ficelle, je cours devant lui et il me suit. Je trouve des obstacles, fauteuils, meubles, lits, par-dessus lesquels il saute. Parfois, il manque son coup et s’écrase.

 

Lorsque je préparer à dîner, il attend dans la cuisine, assis sur une chaise ou couché. Lorsqu’il y a ses produits préférés, poulet ou filet de poisson cru, il vient réclamer. Lorsqu’il prend appuie sur ses deux pattes arrière, il arrive à poser ses deux pattes avant sur le plan de travail. Sa longueur et sa dextérité sont épatantes.  

 

Pendant le dîner et plus tard dans la soirée, il est couché à proximité et le plus souvent en hauteur. Parfois il descend en miaulant et vient se blottir contre moi, sa tête dans le creux de ma main. Il adore se faire caresser le ventre et le dessous du menton.

 

Lorsque le coucher est imminent, il part en courant dans la chambre et se jette sur le bas du lit. Si je repars, il redescend et me suit avec ses petits « miiii miiii ». Au retour, il sera le premier sur le lit.

 

Une fois couché, lorsque je commence ma lecture, lui fait sa toilette.

 

Une fois la lumière éteinte et les yeux clos, je ne sais pas.

 

 

 

 



31/01/2008
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour